Les arguments de Michelle Tribalat

Au sujet des fameux rapports sur l’assimilation/intégration/inclusion, Michelle Tribalat a eu l’occasion de s’exprimer, en particulier sur France Culture, et pas plus tard qu’aujourd’hui.

Voici ce que j’ai retenu:

  • Malgré sa diversité ethnique et culturelle, la France n’a jamais vécu dans une situation « naturelle » d’immigration d’importance.  L’immigration de la fin du XXème siècle est historiquement exceptionnelle.
  • L’arrivée de nouvelles populations dans un pays d’accueil suppose une asymétrie fondamentale des rapports avec les populations natives accueillantes, les usages et valeurs de celles ci étant naturellement prioritaires.
  • L’immigration en France est historiquement caractérisée par un schéma d’assimilation, la persistance des identités d’origine restant possible, mais subordonnée à l’identité nationale. Les identités d’origine n’ont jamais, historiquement, été reconnues en tant que telles, l’appartenance à la nation Française étant exclusive.

Il est clair qu’à partir de là, il y a clairement désaccord avec ce qui est proposé dans les rapports remis au premier ministre. On pourrait isoler les points suivants:

  • Y a t il possibilité ou nécessité pour les nations européennes de décider explicitement  des modalités d’accueil des populations non européennes qui souhaitent s’installer ?
  • Le statut de ces nouvelles populations en Europe doit il être reconnu en fonction de leurs origines et une politique culturelle et identitaire explicite doit elle être mise en oeuvre ?
  • Les principes courants de la laïcité à la Française, historiquement élaborés dans une confrontation politique et sociale avec l’Eglise catholique doivent ils être assouplis pour éviter toute confrontation du même type avec la religion musulmane ?